Tisserand de la compréhension du devenir
Conférencier, expert et auteur

Billets

Communication interne : un art a reconstruire

Il n’y a pas de ‘trucs et astuces’ ! Nombre de formations, de livres et de gourous, rassembleurs de foules, en communication aussi, fonctionnent pourtant avec ce slogan. Baliverne répondant à l’angoisse de ne pas maîtriser la situation. Maîtrise ? Angoisse ? Situation … humaine ? Le monde change, c’est devenu une évidence. Sauf pour les autruchiens (sic), le saut de complexité de ces dernières années -entraînant avec lui un saut d’incertitude- nous met encore plus qu’avant dans nos petits souliers. La communication, comme l’entreprise (privée ou publique) dont elle est partie intrinsèque, ne sait plus trop à quels saints (soient-ils consultants) se vouer. Du moins, ce questionnement sur l’adéquation de la communication à la société en changement se pose pour les communicateurs - dit ‘culturels creatifs’- ‘tournés vers l’avenir’ . Les ‘traditionalistes’ et ‘modernistes’, parce qu’ils n’entrent pas de plain-pied dans le (nouveau) paradigme de la société de connaissance, ne doivent quant à eux pas trop se poser de questions. Un comble peut-être pour des communicateurs ; le nez dans le guidon n’est sans doute pas l’affaire exclusive des mauvais pilotes de course.

Société de l'information versus société de la desinformation

On le sait, le saut technologique électronique des années '60 et '70 a enclenché un processus qui a centuplé la puissance cognitive et communicative de l'humanité. Nous entrons dans l'âge noétique, dans la société de la connaissance et de l'information. La première matière première est devenue la matière grise. La valeur ajoutée, infiniment plus que jamais, vient surtout du talent des cerveaux et plus tant du travail des mains. Mais on le sait aussi, cette prolifération des moyens informationnels et communicationnels induit des effets pervers.

La prospective : qu'est-ce que c'est ?

Ce métier de prospectiviste qui est le mien, est un des plus mal connus du monde. Mes confrères et moi devons passer beaucoup de temps, avec beaucoup de patience parfois, pour dire d'abord ce que nous ne sommes pas. Et ensuite, si l'on nous en laisse le loisir ou la chance, pour dire ce que nous sommes. Essayons ici …

Du rapport du tout aux parties

Les parties n'expliquent pas tout le Tout. Le Tout n'implique pas le tout de chacune de ses parties. Chaque Tout est partie d'un Tout plus grand. Chaque partie est le Tout de ses parties. Le Tout est plus que la somme de ses parties. Chaque partie est plus que sa fonction au service du Tout. Etc.

Un système n'est pas un objet

Un système n'est pas un objet. Il ne se définit pas en soi, par rapport à soi. Tout système est le lieu d'un processus qui assemble des ingrédients à partir d'un germe, en vue d'accomplir une mission qui est la sienne et qui, elle, le définit.

Complexité et complication

Deux notions à ne pas confondre ! Dans un système compliqué, on trouve en général un grand nombre de composants peu intégrés les uns aux autres, d'une part, et, d'autre part, un très grand nombre de relations, toutes de niveau rudimentaire (interactions binaires, séquentielles, univoques, etc … donc linéaires). Complexité ? La notion clé, ici, est celle du niveau de non-linéarité d'une interaction.

Histoire de complexité

L'émergence du concept de Complexité et des sciences du Complexe est probablement le fait le plus essentiel au cœur de la grande mutation que nous vivons aujourd'hui. Elle a deux histoires …

Les creatifs culturels

Des enquêtes récentes (notamment celles que Paul Ray du "Institute of Noetic Sciences" de Sausalito, a faites aux USA, mais aussi en Europe à la demande de la Commission Européenne) montrent qu'un tiers, au moins, de nos contemporains américains et européens, n'est "ni à gauche, ni à droite, mais en-avant".

Vous que l'on dit individualistes

Plus montent la délinquance et la violence banale, plus se sacralisent les concepts de citoyenneté, de civisme, de socialité … Plus s'ancre l'idée que l'homme est un animal social et que l'épanouissement et l'accomplissement humains passent nécessairement par le développement de la collectivité, plus l'individualisme devient forcené. Plus on a la trouille de l'autre, plus on se raccroche aux autres. Paradoxe ?

Management : l'entreprise nouvelle sous toutes ses facettes

Modèle de l'entreprise, émergence des technologies collaboratives, transformations, fonctions de l'entreprise, entreprise locale et internationale, création de produit, logistique, relations clients-fournisseurs-collaborateurs, ... bref quelle entreprise pour demain, et déjà aujourd'hui ? Selon le prospectiviste Marc Halévy, pour la revue Management